Résumé HDR Marie-Pierre Gleizes


Mes travaux de recherche en informatique portent sur la résolution de problèmes par un système complexe dont la fonction globale émerge du comportement des entités qui le composent, des interactions entre ces entités et des interactions entre le système et son environnement.
L’approche largement admise et pratiquée pour la conception de systèmes artificiels place le concepteur comme un être omniscient du système et de son environnement. Or, les systèmes difficiles à concevoir sont peu, voire pas du tout, maîtrisables dans leur globalité par des êtres humains. Mon objectif est de participer au développement de théories, méthodes et techniques – nécessairement nouvelles – pour concevoir et contrôler de tels systèmes. En effet, le contrôle du système doit être réalisé sans avoir accès à une connaissance complète même si certains éléments de cette connaissance peuvent être appréhendés. Ma préoccupation scientifique est donc orientée vers la conception ascendante de tels systèmes, induisant un travail théorique sur l’émergence de fonctionnalités globales à partir de fonctionnalités locales. Cela m’a conduit à rechercher des principes organisateurs qui gouvernent les comportements collectifs émergents et à fournir des outils pour les mettre en oeuvre.
Pour atteindre cet objectif, j’ai initialement orienté mes travaux sur la coopération comme fondement pertinent et indépendant de l'application pour aborder les questions de distribution des connaissances et du contrôle, et des mécanismes d'échange entre les parties du système. Dans une deuxième période, j’ai abordé la question de l’adaptation des systèmes ouverts ou situés dans des environnements dynamiques afin qu’ils produisent des comportements pertinents. La coopération y est utilisée pour guider le comportement des agents du système au cours de la résolution et pour permettre aux agents au sein du système de trouver l'organisation adéquate. La résolution de problèmes par émergence est au centre de la troisième période afin de définir des règles locales pour garantir un comportement global cohérent alors que la fonction collective est ignorée des parties du système. La coopération est aussi le critère sur lequel se fondent localement les agents pour guider le processus d’auto-organisation. En complément, je poursuis l'élaboration d'une méthode de conception orientée agent en direction des ingénieurs, pour concevoir de tels types de systèmes à fonctionnalité émergente.