Résumé Thèse Yann Secq


L'objectif que nous avons poursuivi tout au long de nos travaux est d'identifier les concepts fondamentaux des systèmes multi-agents distribués à gros grain, et de proposer des modèles génériques pour ces concepts. Plus précisément, nous avons répondu à la diversité des propositions en terme de modèles cognitifs d'agent et de modèles organisationnels. Pour cela, nous proposons d'aborder le problème de l'interopérabilité selon deux axes : l'identification et la définition d'une infrastructure minimale et générique facilitant le développement de différents modèles d'agents, et la proposition d'un modèle de spécification de protocoles d'interaction s'appuyant sur le principe de la coordination par standardisation.
Ces deux axes tendent à uniformiser les infrastructures des systèmes multi-agents au niveau des fonctionnalités et des garanties que les concepteurs peuvent en attendre. Notre travail s'est ainsi articulé autour des quatre points suivants :
- un modèle d'agent minimal générique,
- une réification des protocoles d'interactions entre agents,
- une réification de la notion d'organisation au sein des systèmes multi-agents,
- une proposition de méthodologie d'analyse et de conception de systèmes multi-agents ouverts.
Ces différents aspects ontété abordés à la fois dans le but d'identifier les notions fondamentales qui constituent les systèmes multi-agents, mais aussi dans un souci d'ingénierie de ces systèmes. Ainsi, en plus de l'interopérabilité qui constitue le pivot de nos travaux, l'ingénierie des systèmes produits aété une préoccupation continue lors de nos phases de réflexion et d'implémentation.
Ces travaux ont montré que l'utilisation de notre modèle d'agent minimal générique facilite le développement de systèmes multi-agents et apporte d'intéressantes fonctionnalités aussi bien au niveau système qu'auniveau applicatif. En outre, le modèle de spécifications exécutables de protocoles d'interaction aide le concepteur à gérer et à structurer les interactions d'un système, en lui permettant de décrire les interactions dans leur globalité. Finalement, notre démarche méthodologique se base sur ce modèle d'interaction pour proposer une approche de conception incrémentale de systèmes multi-agents ouverts.